Iouf_edited.jpg

b i e n v e n u e

Il y a toi. Il y a moi.

Et entre nous, comme de la soie, il y a les contes.

« Le monde ne mourra jamais par manque de merveilles,

mais uniquement par manque d’émerveillement »*

Et alors : que peut-on, petites gouttes d’eau que nous sommes,

pour se dresser contre l’enlisement, le désenchantement,

le non-sens qui menace à chaque coin de rue, derrière chaque touffe d’herbe ?
 

Se re/joindre… pour pétrir nos matières sensibles,

travailler notre porosité fluide,

tisser des liens toujours plus denses avec la vie,

faire différent contre l’indifférence.
 

Se re/joindre… pour faire océan.

Souhaitons-nous bien des rêves/voltes collectives,

des r'évolutions intimes,

et surtout, de la résistance poétique.


Les histoires ne sont pas faites pour endormir les enfants,

mais pour réveiller les hommes !!

* c'est G. K. Chesterton qui nous le dit...

crédit photo : Caroline LION